JAUGE LIMITE POUR LES SALONS ET FOIRES ?

Dès le 1er septembre prochain, il ne devait plus y avoir de jauge limite pour les foires et salons organisés en France.

salons-evenementiels-riester-reprise-secteur-evenementiel
Crédit Photo Pexels Photo de sl wong

C’est du moins l’annonce faite lundi 27 juillet, au Parc des expositions de la porte de Versailles, aux patrons de l’événementiel, par  Franck Riester, ministre en charge du commerce extérieur. Cependant, le 11 août, le premier ministre Jean Castex prolongeait l’interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes au 30 octobre, avec, néanmoins, possibilité d’y déroger par décision préfectorale. Les foires et les salons professionnels de plus de 5 000 visiteurs annulés ou reportés en raison de l’épidémie de Covid-19 pourront donc avoir lieu ? « Bien évidemment, cela évoluera peut-être en fonction de l’évolution de l’épidémie », avait déjà tempéré le Franck Riester mais avoir une date était un immense soulagement pour les entreprises qui chiffrent leurs pertes en milliards d’euros. Ces annonces précisent que les manifestations devront se dérouler dans le respect des gestes barrières, toujours pour endiguer l’épidémie. La reprise pourtant devient urgente, puisque le secteur est essentiel à la relance économique. Le 28 juillet, Pablo Nakhlé Cerruti, directeur général de Viparis,  gestionnaire de neuf sites en Ile-de-France assurait : « on est très satisfait de ces annonces. On peut désormais considérer que nos événements vont rouvrir au 1er septembre, ce n’était pas gagné ». Qu’en est-il aujourd’hui ?

Autre bémol, l’autorisation d’ouvrir n’impliquerait pas que les visiteurs seront de retour, notamment ceux venant de l’étranger. Ainsi, les échanges avec les représentants de la filière ont porté aussi sur les modalités spécifiques d’accompagnement du secteur dans le plan de relance, notamment le dispositif qui vise à identifier et convaincre des professionnels de venir. « Pour que la relance porte un maximum de fruits, elle doit pouvoir être une relance de commerce extérieur et d’activité à l’international », a confirmé Franck Riester.