LES PROFESSIONNELS DU SECTEUR ÉVÉNEMENTIEL SE MOBILISENT

Entre le cri d’alarme lancé par le réseau Traiteurs de France le 28 septembre et la manifestation de 300 professionnels de la restauration événementielle et de l’accueil, sur le boulevard périphérique parisien, au matin du 13 octobre ; entre l’appel au Gouvernement des artificiers et créateurs d’effets pyrotechniques, le 10 octobre et la manifestation, sur le Vieux-Port de Marseille, des loueurs de mobilier aux gérants de salles de congrèsle 13, partout en France, les professionnels du secteur de l’événementiel se mobilisent.

marseille-professionnels-evenementiel-enchaines
Les professionnels de l’événementiel se sont mobilisés, enchaînés symboliquement, à Marseille, le 13 octobre dernier

Ils font savoir, de différentes manières, leur mécontentement face à des décisions gouvernementales ou préfectorales pas toujours comprises. Le 12 octobre, l’Unimev tentait bien de résumer, en quelques pages, la règlementation nationale mais au lendemain de la prise de parole d’Emmanuel Macron, le 14, tout était remis en question. 

Le couvre-feu instauré pour quatre voire six semaines dans certaines métropoles a rebattu les cartes. Plus de soirées pour les derniers congrès ou conventions autorisés. Ne restent désormais possibles, dans ces villes, que quelques événements en journée et la tenue d’afterworks avant 20h. Pire, les salles de cinéma, de concert et les théâtres qui, au prix de gros efforts sur leur jauge et la mise en place de protocoles sanitaires contraignants, avaient eu autorisation d’ouvrir, doivent en catastrophe revoir leurs horaires et baisser leur nombre de représentations. Ceci impliquant un gros travail sur les réservations déjà enregistrées et l’impressions de nouvelles affiches.

Et tout cela jusqu’à quand ? « Rien n’est pire que le flou », rappelait Eric-Helen Louis Pdg d’Helen Traiteur, représentant d’une profession qui a perdu entre 70 et 80% de son chiffre d’affaires.